Formation de 40 Jeunes sur Le Pétrole Et Le Gaz

86384715_10222181815796340_6856861953160118272_o

L’Observatoire de Suivi des Indicateurs  de Développement En Afrique (OSIDEA) qui est une plateforme mettant l’accent sur le renforcement de capacités des jeunes, afin qu’ils soient mieux outillés sur les questions essentielles liées au développement, a organisé une session de formation sur les fondamentaux de l’industrie pétrolière et gazière. Avec l’appui et la collaboration de l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) et du British Petroleum (BP), l’OSIDEA a permis à quarante jeunes d’horizons d’hivers (associations, ONGs, activistes, blogueurs, jeunes de partis politiques…) d’être initiés sur les types de contrats, exploration – développement- production et les opportunités liées aux activités pétrolières et gazières, avec un focus sur le projet Grand Tortue Ahmeyim (GTA) et le contenu local.

Le marché du gaz naturel liquéfié est en croissance, avec une prévision d’une augmentation de la demande de 3 %. Afin de répondre à cette demande, à un horizon 2035, les capacités de traitement à installer pour une plus grande production, constituent un enjeu majeur pour les opérateurs gaziers et les pays détenteurs de réserves d’hydrocarbures. Le Sénégal et la Mauritanie ont pris les devants grâce au Projet GTA. Ce champs hors norme situé aux larges des côtes sénégalaises et mauritaniennes à plus de 2850 m de profondeur renferme prés de 450 milliards de m3 de gaz dont le concessionnaire n’est autre que le géant britannique BP. Cette production verra ses premières gouttes sortir des tuyaux d’ici 2022. Dés lors, comment les entreprises sénégalaises et les communautés doivent tirer profit de cette production gazière ?

A l’image de pays comme la Norvège, la Malaisie ou le Ghana, l’administration publique en tant que régulateur, et la société civile forte doivent travailler de concert pour une gestion responsable et durable des ressources naturelles du peuple. Il s’y ajoute que le contenu local est essentiel si nous voulons créer des richesses par nous même. Et cela passera par la création d’emplois locaux directs ou indirects, d’opportunités pour les entreprises locales, le transfert de technologies (cas de la Malaisie avec Petronas), le développement des institutions de formation et de recherche, une mise à niveau des entreprises local, des opportunités pour les produits et service locaux et le développement du capital humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s